Définition

Le terme ken dériverait du chinois k'iuan ou quan qui, dans les textes anciens, évoque la force autant que le poing. C'est un terme généralement employé pour désigner les arts martiaux japonais d’origine chinoise. Les premiers échanges avec le Japon dateraient du xiiie siècle par le biais de moines bouddhistes de Shaolin.

Le Shaolin quan fut diffusé sous différentes formes dans toute l’Asie, notamment au Japon et dans l'archipel des Ryūkyū, plus particulièrement à Okinawa, dont le kenpō le plus célèbre s’appellera karaté.

Il y a de nombreux styles de kenpō, les plus répandus sont les kenpō japonais, les kenpō okinawaïens et le kenpō américain, lui-même issu en grande partie du kenpō hawaïen. Le kenpō fut également surnommé le kung fu japonais. Depuis quelques années, notamment depuis l'ouverture de l'ancien bloc soviétique, le kenpō bulgare se diffuse lui aussi en particulier grâce aux démonstrations lors du Festival des arts martiaux de Bercy.

La transcription kempo renvoie à la branche japonaise, et la transcription kenpō à la branche hawaïenne. Ces commodités d'écriture permettent aux connaisseurs de classer ainsi la myriade de disciplines portant le même nom générique. Il convient de noter qu'initialement, ce fut un terme générique pour un grand nombre de disciplines martiales issues de l'ile d'Okinawa.

Branche hawaïenne

Même si elle est particulièrement diversifiée en une multitude de disciplines, on retrouve malgré tout une identité propre et spécifique entre ces disciplines : cette empreinte s'étend d'ailleurs aux disciplines de la branche américaine donc les racines profondes demeurent hawaïennes.

Shin gi tai kempo du maître Daniel Hayen

Le shin gi tai kempo est une évolution du shin gi kempo. Cette évolution consiste en une restructuration complète et précise établie par 

par le Sijo le shihan Daniel Hayen.

Son but principal fut de créer un style tout à fait logique qui serait utilisable par chacun quelles que soient les caractéristiques de l'exécutant (âge, morphologie, sexe…). Dans ce système, il travaille sur les différentes lignes de force (hauteur, largeur et profondeur) de son adversaire.

Le shin gi tai kempo cherche notamment à le déséquilibrer physiquement et mentalement afin qu'il soit complètement déstabilisé et qu'il ne puisse plus faire de « contre-attaque ». Ainsi, par alternances de coups de poing, de coups de pieds, de frappes, de clés, on peut le déséquilibrer et/ou le neutraliser.

Ce système de défense se caractérise certainement par toutes ces techniques exécutées avec une très grande rapidité et plus spécialement par une succession rapide entre les différents mouvements effectués.

Il reprend les trois éléments : le shin, le gi et le tai, soit le « mental », la « technicité » et le « corps ».

 

 

Horaire:

  • Mardi de 19h30 à 21h00 (Salle Dojo)
  • Samedi de 10h30 à 12h00 (Salle Dojo)

ImprimerE-mail